08/03/2006

 

Les « Joueurs Anonymes » sont une association d'hommes et de femmes qui partagent leurs expériences, leurs forces et leurs espoirs afin de résoudre leur problème commun et d'aider d'autres à se rétablir de leur problème de jeu.

 

Le désir d'arrêter de jouer est la seule condition pour en devenir membre, même si le seul désir n'entraîne pas automatiquement la capacité de s'abstenir de jouer. Il n'y a ni droits d'entrée, ni frais à payer pour nous rejoindre.

 

De même les «Joueurs Anonymes» ne sont affiliés à aucun mouvement politique, à aucune secte, à aucune religion. Le seul objectif poursuivi est de permettre aux adhérents d'arrêter de jouer et d'aider d'autres joueurs compulsifs à faire de même.

 

Au départ, la plupart des victimes du jeu ne veulent pas admettre d'être de vrais joueurs à problèmes. Par conséquent, il n'est pas étonnant que leurs parcours se caractérisent par de nombreux et vains essais pour se prouver qu'ils peuvent jouer sagement comme quiconque. L'obsession dominante du joueur est qu'un jour ou l'autre, d'une manière ou d'une autre, il pourrait contrôler leur façon de jouer. Beaucoup d'entre eux nourrissent cette illusion jusqu'aux portes de la déchéance, de la prison, de la démence ou de la mort. L'expérience enseigne qu'ils leur faillent admettre sans réserves qu'ils sont des joueurs compulsifs.

 

Telle est la première étape du rétablissement: admettre. Dans le cas qui nous occupe, il faut abandonner l'illusion qu'il serait possible de redevenir un joueur normal. En effet, le joueur compulsif a définitivement perdu toute capacité de contrôler sa manière de jouer. L'expérience des anciens démontre qu'aucun joueur compulsif n'a jamais pu reprendre un quelconque contrôle à cet égard.

 

Assurément, chacun peut avoir ressenti parfois, à un moment donné et pour une durée strictement limitée, qu'il reprenait le contrôle de sa manière de jouer. Toutefois de tels répits, en général très bref, sont toujours suivis de phases incontrôlées, qui mènent inexorablement à un état de dépression.

 

 

Il est prouvé aussi que le jeu pathologique est une maladie progressive. Avec le temps, la maladie empire: aucune rémission n'est possible en jouant. Pire, le développement du mal est inexorable.

 

AU JEU,ON GAGNE AUJOURD'HUI

L'ARGENT QU'ON PERDRA DEMAIN

 

20:40 Écrit par asbl J. A. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.